Le Grand Pari(s)

Paris

2008-2014...

| |
20 villes 20 villes + 20 M² PAR LOGEMENT + 20 m² -2°C-2°C-1/2 HEURE DE DÉPLACEMENTS PAR JOUR -1/2 HEURE DE DÉPLACEMENTS PAR JOUR 
 

Étude urbaine

Gouvernance, transport, habitat, climat

Sélectionné parmi les 10 équipes pluridisciplinaires en charge de l’étude sur le devenir de Paris-Métropole pour le compte de l’État Français.

20 villes

Considérant que tous les habitants de la région parisienne ont droit, et à la ville et à la métropole, nous proposons que le Grand Paris se donne les moyens de créer du local métropolitain. Il faut pour cela changer d’échelle, et inciter à la constitution d’une vingtaine de grandes villes composant l’ensemble de la région parisienne.

+ 20 m² par logement

Enrayer la tendance lourde de la métropole à éloigner ses habitants faute de logements quantitativement, qualitativement et économiquement adaptés aux moyens et aux modes de vie des ménages, suppose de contrer les logiques de rétention foncière qui gèlent actuellement le territoire. Aussi, nous proposons de réduire le prix du foncier au maximum en faisant muter un grand nombre d’emprises jusque-là intouchables ; d’encourager la densité à toutes les échelles, et de renouveler les types et les programmes.

-2° C

Si nous ne faisons rien, la température parisienne avoisinera en 2100 celle de Cordoue. Nous avons travaillé avec l’équipe de recherche de Météo France sur l’hypothèse d’une régénération globale des forêts et des cours d’eau de la région parisienne alliée à un scénario infra-local de renouvellement des matériaux de surface des espaces publics et des bâtiments. Nos calculs montrent qu’il est possible d’agir sur une amplitude de deux degrés. Cette action, simple et peu onéreuse, contribue à redéfinir le paysage parisien tout en alliant un objectif économique à de meilleures conditions de loisirs. Les espaces naturels en frange de l’agglomération, qu’ils soient agricoles ou forestiers, doivent devenir des territoires actifs au service de la ville, lui fournissant les matières premières indispensables à l’émergence d’une grande métropole durable. Cette action pourrait être exemplaire pour les dix villes européennes situées sous la même latitude et soumises aux mêmes défis climatiques.

-1/2 heure de déplacements par jour

Diminuer le temps et le coût des déplacements quotidiens des habitants de la métropole est tout autant une question de confort urbain, de réduction des pollutions et de la facture énergétique que de cohésion sociale. On sait que la distance domicile / travail est devenue, en région Parisienne, un indice fort de ségrégation sociale. Nous l’envisageons non comme une question posée à l’infrastructure seule, mais comme un enjeu de cohérence territoriale : modulation des vitesses et hiérarchisation des réseaux sont à penser conjointement à l’implantation des nouveaux pôles d’emplois et des quartiers d’habitat.

Nous proposons d’optimiser tout de suite les réseaux y compris les autoroutes urbaines pour les déplacements économes en CO2.

En cours
Maitrise d’Ouvrage

EMOC - AI.G.P.

Maitrise d’Œuvre

Étude 1 : Groupe Descartes : Ateliers Lion Associés Architectes-Urbanistes (mandataire commun), François Leclercq Architecte-Urbaniste, David Mangin Architecte-Urbaniste, Pierre-Alain Trévelo et Antoine Viger-Kolher Architectes-Urbanistes, Éric Lapierre Architecte, Marc Mimram Architecte Ingénieur, Alfred Peter - paysagiste, Laboratoires de recherche LATTS CNRS/CEREV/ENCP/OCS/DVT
Étude 2 : François-Leclercq Architectes-Urbanistes (mandataire commun), Ateliers Lion associés Architectes-Urbanistes-Paysagistes, Marc Mimram architecte ingénieur, Atelier Alfred Peter, Campana Eleb Sablic, Arcadis, Sophie Simonet, RIO, Transsolar, Météofrance, Ernst & Young